pays bigouden    
Une terre de contrastes idéal pour la randonnée
et la découverte d'une nature préservée du béton
-
 
 
 
ESPACE DÉTENTE
SERVICES
A PROPOS DU SITE
 
brittany
LES WEBCAMS DU PAYS
BOUTIQUE
test
LE FLUX RSS
RESTEZ INFORMÉS DES DERNIÈRES NOUVEAUTÉS PUBLIÉES
LA COIFFE - LE COSTUME

LA COIFFE

Vers 1850, les femmes portaient une coiffe composée d'un bonnet noir sur lequel les cheveux étaient remontés à l'arrière puis recouverts et maintenus par une tresse rouge.
A la fin du XIXème siècle, la coiffe était posée sur un Koef-bleo (bonnet de cheveux) surmontée d'un petit tortillon en forme de pointe et appelé le "beg" ou "bigou" ce qui signifie pointe en breton, cette particularité à vraisemblablement donnée son nom à la bigoudène et au pays bigouden.
Ce n'est qu'au début du XXème siècle que la coiffe commença à prendre de la hauteur.

Autrefois, elles étaient brodées sur de la mousseline ou de la tulle, puis entre les deux guerres, les rubans ou lacets deviennent de fines et riches broderies presque transparentes.
La coiffe cessera de grandir vers 1940, ou elle atteindra une taille respectable de 36 cm vers 1960, pour redescendre à 32 cm actuellement.
Généreusement amidonnée pour assurer sa rigidité, délicatement repassée, elle demande 20 à 30 minutes de pose pour une personne expérimentée.
Dans les années 60, plus de 3000 femmes portaient quotidiennement la coiffe, une vingtaine d'années après elles étaient encore 700, de nos jours il n'en reste plus qu'une centaine.
C'est toutefois une des dernières régions de Bretagne ou son port perdure.


COSTUME GENERALITE

Avant la Révolution Française de 1789, le costume des paysans bretons ne différait pas de celui des paysans français et ne possédait pas de broderies.
C'est seulement à partir de la révolution que l'on assiste à la libération du costume et aussi de la broderie, résolument différente de ce qui se fait ailleurs.
C'est au nombre de gilets et à l'abondance des broderies que l'on mesurait la richesse des bigoudens.
Le costume bigouden a considérablement évolué au cours des deux derniers siècles pour finalement se simplifié au début des années 1960, le nombre de gilets s'est réduit, pour se limiter au velours ou au drap noir et à la seule profusion de broderies de soies épaisses et monochromes (jaune ou orange) sur les plastrons et les manches. L'âge d'or du costume bigouden se situe de 1850 à 1900.


COSTUME FEMME

Au XIXème siècle, les femmes portaient une longue jupe cuite au four pour former les plis, une petite coiffe, une chemise en lin sur lequel est porté un gilet brodé de somptueux motifs au revers des manches de drap, les chupennou.
Longue jupe et petite coiffe, car il existe dans la composition du costume féminin bigouden une norme incontournable : la distance entre le haut de la coiffe et le bas de la jupe est une constante.
Ce qui signifie que la longueur de la jupe implique celle de la coiffe, vers 1950 la coiffe atteint environ 36 cm de haut et la jupe arrive au-dessous du genou.
L'habit de tous les jours se compose surtout du gilet de velours noir.
Au fur et à mesure que le siècle s'écoule, le costume raccourcit et s'allège. A la fin de la guerre les femmes délaissèrent les broderies pour les perles et le strass.


COSTUME HOMME

Le costume masculin se compose d'un petit gilet court à longues manches appelés " jiletenn ", d'une veste double "chupenn" en drap noir, d'un pantalon à pont large, et du célèbre chapeau rond à 3 rangées de guides noires en velours donnant 6 pans flottant à l'arrière "an tog seiz bouloutened".
Le gilet est recouvert, sur les plastrons, de broderies aux motifs serrés, réalisés avec des fils d'un or éclatant, d'un rouge vif, et parfois d'un vert généralement réservé au deuil.
Les deux pans du gilet sont différents, l'un richement décoré pour les grandes cérémonies et les jours de fêtes, l'autre plus discret et moins décorés ou l'on retrouve la couleur verte, pour les jours de deuil.
Le boutonnage s'effectue à droite ou à gauche en plaçant sur le devant le pan correspondant à la situation.
Le gilet et la veste montrent également, dans le dos, des bandes brodées à motifs plus simples et des découpures qui portent le nom de " pennou mouss ".


BRODERIES

Les costumes d'homme ou de femme possèdent des broderies représentant des motifs bien spécifiques, qui ont chacun sa signification :

Le soleil : La joie
La chaîne de vie : La confiance en Dieu
La plume de paon (pleon pavenn) : Représente l'orgueil.
Les fougères (boud-radenn) : L'abondance
Les planètes (planedenn) : La chance en fonction de sa planète, c'est-à-dire son étoile.
Le coeur : L'amour.
L'arête de poisson (dreink pesk) : Rappelle que le pays est aussi maritime.
La corne de bélier (kornou maout) : Pour le courage et la force.
La dent de scie : Le travail.

Les éclatantes broderies qui revêtent ce drap sont du travail d'homme, car des doigts de femme ne seraient pas assez forts pour y enfoncer l'aiguille. Elles étaient cousues sans dé ni patron, directement dans l'épaisseur du drap.


BRODEURS et TAILLEURS

Les brodeurs bigoudens "tennerien neud" formaient une corporation nombreuse, puissante et originale.
Le brodeur travaille seul, et adapte à son gout et à celui de sa clientèle les motifs ornementaux de la communauté dont il fait partie.
A la fin du XIXème siècle, ils étaient particulièrement nombreux dans la région de Pont-l'Abbé, certains possédaient un magasin avec un atelier ou travaillaient plusieurs ouvriers. Ils ont connaissance plus rapidement des nouvelles tendances de la mode parisienne, et c'est par leur intermédiaire que les motifs de broderie de styles différents, apparaissent en Bretagne : les ateliers Pichavant (30 brodeurs), Veuve Moysan (28), Jacques Peron et celui de Grao (devenu celui de Baudry).
Le tailleur (kemener) jouait un rôle important. C'était un artiste itinérant, allant de fermes en fermes, et toujours bien accueilli avec les nouvelles et les histoires qu'il colportait.
Il servait même d'entremetteur entre futurs couples, parfois même était chargé d'effectuer la demande en mariage et portait un alors un bas rouge et un bas violet ainsi qu'une baguette de genet.

Copyright © 2008 lepaysbigouden.com - Tous droits réservés - Mentions Légales